Premier Pas Au Piano

Le blog des pianistes débutants et autodidactes par Jean-Luc

Rythmes binaires (croches) et ternaires (triolet de croches)

janvier 26th, 2014

Il existe les rythmes binaires et les rythmes ternaires.

Dans un rythme binaire, une ronde se subdivise en 2 blanches qui elles mêmes se subdivisent en 4 noires etc.

Dans un rythme ternaire, une ronde se subdivise en un triolet de blanche qui se subdivise en deux triolets de noires etc.

 

Dans la vidéo ci-dessous, je vous donne un exemple à partir d’une noire par temps, sur la base d’un tempo à 72.

Dans un rythme binaire : 1 noire = 2 croches = 4 double-croches

Dans un rythme ternaire : 1 noire = 1 triolet de croches = 2 triolets de double-croches

 

A l’oreille vous pourrez constater que le triolet de croches donne une impression de ralenti ou de rythme « décalé ».

Avec l’habitude, vous pourrez les repérer dans des musiques et/ou les interpréter sans effort.

 

Dans une partition, un triolet de croches est représenté par trois croches sur lesquels est noté un 3, parfois accompagné d’un trait sur les 3 notes.

Il existe d’autres subdivisions, comme le quartolet, le quintolet, le sextolet, voire un très grand nombre de notes à jouer dans un temps précis (voir des partitions de Chopin par exemple).

 http://youtu.be/wZBoIW6c2ks

 

Retrouvez-moi ici

Forum et Youtube

La pédale de sustain (pédale forte)

janvier 26th, 2014

La pédale de sustain ou pédale forte sert à prolonger le son d’une note ou d’un ensemble de notes que vous jouez au moment où vous appuyez sur cette pédale.

Sur un piano acoustique (droit ou à queue), le fait d’appuyer soulève les étouffoirs ce qui fait que la ou les cordes vibrent sans interruption. Sur un piano numérique, c’est un procédé électronique qui permet de maintenir le son des notes jouées.

Dans tous les cas, il faut appuyer avec le pied droit sur la pédale de sustain juste après avoir joué les notes à maintenir, et avant d’avoir levé les doigts du clavier. Vous gardez la pédale appuyée aussi longtemps que les sons doivent être maintenus.

Le principe élémentaire de l’utilisation de la pédale consiste à maintenir un accord ; donc vous devez « changer de pédale » à chaque fois que vous jouez un accord, même si vous jouez deux fois le même. Si vous jouez en arpège, vous changez de pédale à chaque fois que vous changez d’arpège (donc quand vous appuyez de nouveau sur une touche avec l’auriculaire).

En pratique la pédale n’est pas forcément utilisée tout au long d’une musique et il est possible de faire des effets de pédale pour maintenir un accord un instant puis le lâcher sans en être au moment de jouer l’accord suivant.

Comme toujours, commencez très lentement. Habituez-vous bien à acquérir le réflexe du changement de pédale. Ensuite jouez vos accords et votre pédale en jouant aussi quelques notes à la main droite. Quand vous serez à l’aise avec les deux mains + la pédale, vous pourrez travailler des musiques complètes.

Pour information : sur la vidéo j’ai placé une pédale sur le piano mais c’est simplement pour que vous puissiez voir quand il faut appuyer et quand il faut lâcher. En réalité elle est reliée à un autre instrument mais pas au piano et j’appuie sur une pédale au sol avec mon pied droit.

_________________________(vidéo bientôt en ligne)_________________________

Les nuances p (piano) et f (forte)

janvier 26th, 2014

Vu que ce n’est pas quelque chose de spontané, je vais vous parler des nuances au piano.

Vous avez peut-être déjà vu sur une partition les lettres f, ff, fff ou p, pp, ppp voire mf ou mp, etc.

Ces lettres signifient :
– f : forte (jouer fortement), ff très fort, fff vraiment très fort
– p : piano (jouer doucement), pp très doucement, ppp vraiment très doucement
– m : mezzo donc mf mezzo forte : assez fort, mp mezzo piano : assez doucement

Si vous jouez une musique avec une main gauche forte et une main droite à peine audible, les gens n’entendront qu’un accompagnement et quelques rares notes de la mélodie. Autant dire que ce sera très désagréable sauf si, cas exceptionnel, la musique met l’accent sur la main gauche.

Vous pouvez aussi bien détacher la main droite (donc main gauche plus faible) et globalement jouer très fort. Mais dans le cas d’une berceuse, elle serait plutôt stressante ; il faudra donc jouer l’ensemble plus doucement.

Bien sûr ne pas confondre doucement et lentement : on peut jouer fort (niveau sonore) et lentement (vitesse), doucement et vite, etc.

La plupart du temps, la main gauche se joue plus doucement que la main droite parce qu’il faut faire ressortir la mélodie. C’est l’ensemble qui se joue ensuite très doucement, doucement, fort ou très fort.

Pour résumer vous avez :
– un niveau sonore relatif entre la main gauche et la main droite (l’une plus ou moins forte que l’autre)
– un niveau sonore global (d’ensemble, peu importe) qui concerne les deux mains et leur niveau relatif, selon les émotions que vous souhaitez exprimer.

Exercices :
Dans cette vidéo, je ne joue que les notes : Do, Ré, Mi, Fa, Sol, Fa, Mi, Ré de façon très répétitive, pour que vous vous concentriez sur le son, pas sur la « musique ».

Commencez le travail à une main :

– main droite : jouez doucement, puis augmentez le niveau sonore sans accélérer, puis revenez diminuez pour revenir au niveau initial. Faites-le autant de fois que nécessaire pour que vous commenciez à sentir un résultat intéressant.

– main gauche : même travail.

– à deux mains : jouez doucement puis augmentez le niveau sonore de la main droite seule (main gauche doucement) ; ensuite, baissez le niveau sonore de la main droite pour jouer aussi doucement que la gauche.
– faite la même chose pour la main gauche : plus fort puis faible de nouveau.
– troisième étape : jouez plus fort des deux mains, et ne baissez ensuite que la droite ; quand votre main droite jouera doucement et votre main gauche continuera de jouer fort, jouez de nouveau fort avec la main droite.

– et enfin même travail avec la main gauche : baissez le niveau sonore puis augmentez-le.

– Pour terminer, baissez le niveau sonore des deux mains pour jouer piano (p), donc doucement.

Dans vos interprétations en général, jouez donc votre main droite légèrement ou beaucoup plus forte que votre main gauche selon le résultat attendu.

Un élève suivi par un professeur et qui travaille régulièrement peut parvenir à « contrôler » ses deux mains en 1 mois. Ce ne sera peut-être pas parfait mais suffisant pour qu’une interprétation soit agréable à entendre.

Quelques conseils :

Bien sûr, pas de précipitation. S’il faut que vous restiez 1 mois à travailler mains séparées, n’hésitez pas. S’il vous faut 3 mois de plus pour les deux mains ensembles, travaillez 3 mois.

N’essayez pas de jouer à ma vitesse ; vous pouvez faire ces exercices au ralenti ou plus vite que moi selon votre aisance. Le but n’est pas la vitesse d’exécution mais le « contrôle » du niveau sonore des deux mains.

Votre piano numérique ou votre synthé ou arrangeur n’a pas forcément la même sensibilité que mon piano numérique ; la différence entre piano et forte sera peut-être moins importante. Celles et ceux qui travaillent sur un piano acoustique (sans électricité) auront un meilleur résultat au final.

Dans tout ce que vous faites au piano, pensez toujours à ne pas vous crisper : ni les mains, ni les bras, ni les épaules, ni le reste du corps. Plus vous êtes détendu(e)s, mais pas mou bien sûr, meilleurs seront vos résultats.

Bonne étude 🙂

_________________________(vidéo bientôt en ligne)_________________________

Premier Pas Au Piano

Le blog des pianistes débutants et autodidactes par Jean-Luc