Premier Pas Au Piano

Le blog des pianistes débutants et autodidactes par Jean-Luc

Comment déterminer la tonalité d’après une partition ?

avril 6th, 2014

Il vous est peut-être arrivé de vous retrouver face à votre partition et de ne pas parvenir à en déterminer la tonalité. Peut-être aussi que vous cherchez les notes d’une musique que vous entendez à la radio et que sans la tonalité vous ne parvenez pas à trouver les accords manquants ou toute la mélodie.

Cet article est là pour vous donner les notions rudimentaires pour vous en sortir.

 

concept of woman and question mark drawn in chalk on blackboard

A partir d’une partition

Vous avez trois endroits à vérifier :

– l’armure : donc au tout début d’une partition, juste après la clé, vous pouvez avoir un ou plusieurs dièses ou bémols, ou rien du tout.

– le premier accord de la partition : il est assez souvent le même que la tonalité, soit un accord la# mineur pour une tonalité de la# mineur par exemple

– le dernier accord de la partition : il y a une plus grande probabilité pour que ce soit celui qui corresponde à la tonalité.

Si le premier et le dernier accords sont différents et qu’ils ne semblent pas refléter la tonalité utilisée, ou si vous ne parvenez pas à les déterminer, il vous reste l’armure.

– à partir des informations données à l’armure vous saurez de quelle tonalité majeure ou mineure correspondante il s’agit ; il ne vous restera plus qu’à trouver si effectivement la tonalité est majeure ou mineure.

 

Commençons par aucune altération à l’armure…

Donc ni dièse ni bémol. Vous êtes soit en do majeur soit en la mineur, c’est-à-dire Do moins 1 ton 1/2 pour trouver le La.

La particularité de la gamme de la mineur est d’avoir un sol# accidentel (non indiqué à l’armure).  Si donc vous trouvez dans les premières mesures de votre partition un sol# vous êtes très probablement en la mineur. Vérifiez-le en regardant le premier et le dernier accord de la partition. S’il n’y a pas de sol#, vous êtes alors en do majeur. Même contrôle avec les accords.

 

Un ou plusieurs dièses à l’armure…

Les dièses seront toujours notés dans l’ordre suivant : fa – do – sol – ré – la – mi – si.

Partant de là, si vous comptez 4 dièses à l’armure, sans même les lire vous saurez qu’il s’agit de : fa – do – sol  et ré.

Pour trouver la tonalité, regardez le dernier dièse de la série et prenez le nom de la note qui suit.

Exemples :

* avec 1 dièse, le dernier (et seul) dièse sera un fa. Dans la succession de notes  (do – ré – mi – fa – sol – la – si), après le fa vient sol. Vous êtes donc soit en sol majeur, soit (sol – 1 ton 1/2 =>) en mi mineur.

* avec 4 dièses, le dernier sera un ré. Donc dans la succession de note, après le ré vient le mi. Il s’agit donc de la gamme de Mi majeur ou (mi – 1 ton 1/2 =>) ré bémol mineur (= do# mineur)

* avec 7 dièses, le dernier sera un si. Donc dans la succession de note, après le si viendrait le do, mais comme do majeur n’a pas d’altération, il s’agira du do# majeur (= ré bémol majeur) ou du la# mineur

La méthode de Jean Reynard (que vous pouvez lire dans les commentaires sous cet article) :

Débutant en musique (guitare), j’utilise cette manière qui me parait assez simple pour approcher la tonalité en fonction des # comptés à l’armure :

1 — On prend la suite (cf cycle) des quintes que de toute façon IL FAUT connaître :

FA DO SOL RÉ LA MI SI

2 — On rend la partie droite de cette suite, extraite à partir du Do :

DO SOL RÉ LA MI SI

— On rajoute ce qu’il reste près l’extraction, en diésant :

DO SOL RÉ LA MI SI FA# DO#

— Pour connaître la tonalité en majeur on pointe sur cette nouvelle chaîne, selon le nombre de # trouvés à la clef .

Ex : Pour 3 #, on compte :

DO = 0 , SOL = 1, RÉ = 2, LA = 3

-> Et on prend donc LA en majeur…

Un ou plusieurs bémols à l’armure…

Les bémols seront toujours notés dans l’ordre suivant : si – mi – la – ré – sol – do – fa, soit l’inverse exactement de l’ordre des dièses.

La tonalité porte le nom de l’avant-dernier bémol.

Exemples :

* avec 1 bémol, comme il n’y a pas d’avant-dernière altération, vous devez savoir que vous êtes en fa majeur ou en (fa – 1 ton 1/2 =>) ré mineur

* avec 5 bémols, l’avant-dernier bémol est un ré, donc vous êtes soit en ré bémol majeur soit en (réb – 1 ton 1/2 =>) si bémol mineur

* avec 7 bémols, l’avant-dernier bémol est un do, donc vous êtes soit en do bémol majeur ( = si majeur ), soit en (si – 1 ton 1/2 =>) la bémol mineur.

 

A partir d’une musique entendue à la radio…

– en premier lieu être capable d’oreille de trouver une suite de notes de la musique qui vous intéresse (il y a des exercices pour ceux qui n’y arrivent pas par eux-mêmes)

– à partir de là, trouver la tonalité du morceau à partir de ce qui a été écrit ci-dessus

– ensuite, dès que vous connaissez la tonalité, il est plus facile pour vous de trouver l’essentiel de la mélodie

– de même, à partir de la tonalité, vous savez quels accords vous êtes susceptibles de rencontrer. Dans la musique d’église, généralement le premier et le dernier accord sont les mêmes et correspondent à la tonalité (une musique en la mineur devrait commencer et finir par un accord de la mineur)

– ce dernier cas peut aussi vous aider à trouver la tonalité si vous avez repéré les premier et dernier accords de votre musique

– ensuite, c’est toujours utile de savoir que les accords se suivent généralement dans un ordre précis, surtout si la musique en question a été arrangée par quelqu’un qui n’a pas un bon niveau ou qui peut être excellent mais se contente de faire de la musique commerciale vu que ça plaît à tout le monde

– et enfin plus vous êtes capables de chanter (ou chantonner) votre musique sans l’aide de l’originale, plus vous serez aptes à la retrouver.

Sur le blog vous trouverez toutes les gammes majeures ; je commence à mettre en ligne les gammes mineures harmoniques. De plus j’ai écrit un article sur les « accords par tonalité », ce qui peut vous aider à en comprendre le principe même si je n’ai fait qu’aborder le sujet.

Entraînez-vous avec des musiques simples puis au fur et à mesure de votre progression, attaquez-vous à des musiques plus complexes.

Cet article est consultable au format PDF en cliquant sur cette phrase…

 

 

Les bases du solfège

janvier 26th, 2014

Dans ces vidéos, je vous parle des toutes premières notions de solfège. Bien sûr, d’autres vidéos compléteront celles-ci à l’avenir.

La clé de sol :

La clé de fa :

La lecture sur deux clés :

 

Je laisse ci-dessous les trois premières vidéos tant de ma chaîne (elles datent d’octobre 2011) que sur le solfège, jusqu’à ce que je les ai reprises au nouveau format.

N’hésitez pas à me poser des questions ; je vous répondrai autant que je le pourrai.

Bonne étude…

 

 


Pour celles et ceux qui veulent suivre cette série de 3 vidéos, je pense qu’il est préférable de prendre des notes au fur et à mesure.

Sinon pourquoi 3 vidéos et pas une seule de 29 mn ? Parce que 29 minute, ça peut-être assez indigeste.

J’ai mis un peu plus bas une vidéo sur les bases de la lecture de notes ; si vous débutez totalement je pense que cela pourrait vous être utile.

 

 

 

Pour résumer sommairement la vidéo :

– une portée se compose de 5 lignes horizontales numérotées de bas en haut et de 4 interlignes

– une portée « porte » des signes : clés, armure, notes, silences, altérations et autres…

– les deux clés utilisées au piano sont :
* la clé de Sol seconde ligne : le Sol est sur la deuxième ligne (note coupée par cette ligne)
* la clé de Fa quatrième ligne : le Fa est sur la quatrième ligne (note coupée par cette ligne)

– une note se définit au piano par :
* sa hauteur : Do – Ré – Mi – Fa – Sol – La – Si
* sa durée : ronde – blanche – noire – croche – double-croche…
* son timbre : c’est le son du piano, pour un piano. Le timbre n’est habituellement pas précisé sur une partition

– un ronde vaut généralement 4 temps – une blanche 2 temps – une noire 1 temps – une croche un demi temps…

– une ronde correspond à : 2 blanche, 4 noires, 8 croches, 16 double-croches, 32 triples-croches, 64 quadruples croches

– pour jouer une ronde : appuyez sur une touche et comptez de 1 à 4 dès que le son se produit
pour jouer 1 blanche : appuyez sur une touche et comptez de 1 à 2
pour 1 noire, vous ne direz que 1 avant de lâcher la touche

– pour jouer 2 blanche dans une mesure à 4 temps : appuyez sur une touche et comptez 1 – 2 puis appuyez sur la même touche ou sur une autre en compte 3 – 4. Bien sûr gardez le même rythme en comptant de 1 à 4 ; ne ralentissez pas, n’accélérez pas et ne marquez pas de pause

– à chaque note correspond un silence équivalent
* la pause correspond à une ronde
* la demi-pause correspond à une blanche
* le soupir correspond à une noire
* le demi-soupir correspond à une croche
* etc.

– pendant un silence vous n’appuyez sur aucune touche avec la main concernée ; un silence peut être sur la ligne en clé de Sol (ne rien jouer avec la main droite) alors qu’il y a des notes sur la ligne en clé de Fa (la main gauche joue).

– 2/4 (2 sur 4) au début d’une partition peut se lire :
* la partition se compose de mesure à 2 temps dont chaque temps est occupé par une noire
* ou : il y a l’équivalent de 2 noires par mesure (donc : une blanche ou 2 noires, ou 4 croches, etc.)

– 3/8 (3 sur 8)au début d’une partition peut se lire :

* la partition se compose de mesure à 3 temps dont chaque temps est occupé par une croche
* ou : il y a l’équivalent de 3 croches par mesure (donc : une noire pointée ou 3 croches, ou encore 6 double-croches, etc.)

– le symbole # (dièse) signifie qu’il faut jouer un demi-ton plus haut (à droite) que la note à laquelle il se rattache :
* un Sol # sera joué en appuyant sur la touche noire entre le Sol et le La
* un Si # sera joué en appuyant sur le Do, vu qu’il n’y a pas de touche noire après (à droite) le Si

– le symbole b (bémol) signifie que l’on doit jouer un demi-ton plus bas (à gauche) que la note à laquelle il se rattache :
* pour jouer un Sol b il faudra appuyer sur la touche noire entre le Fa et le Sol
* pour jouer un Fa b il faudra donc appuyer sur le Mi, vu qu’il n’existe pas de touche noire entre Fa et Mi

C’est un peu technique pour celles et ceux qui n’y connaissent rien. Je ferai peut-être d’autres vidéos sur le solfège à l’avenir.

Les bases de la lecture de notes

Voici une vidéo sur l’apprentissage de la lecture des notes sur une portée en clé de sol ou en clé de fa : comment trouver le nom d’une note en fonction de sa place sur la portée.

 

Entraînement à la lecture

Les pianistes n’ont que 2 clefs à connaître : la clé de Sol et la clé de Fa.

Lors de l’apprentissage de la lecture, il est inutile de travailler en solfiant ou en chantant. Le plus important est de savoir lire dans les 2 clés en même temps.

Il faut donc vous entraîner à lire en commençant par une note de la clé de Fa et en montant lire celle de la clé de Sol située au dessus, puis vous revenez sur la portée en clé de Fa pour lire une note et vous remontez sur celle qui est en clé de Sol juste au dessus, etc.

En gros c’est une lecture verticale, de bas en haut et de gauche à droite. C’est beaucoup plus efficace que d’apprendre à lire en clé de Sol pendant 1 mois puis de passer à la clé de Fa, pour ensuite alterner les deux clé. Ça ne correspond pas à la réalité de la lecture d’une partition pour piano.

Je vous ai mis ci-dessous trois feuilles de lecture au format pdf : travaillez une ligne du tempo 69 à au moins 144 pour un enfant de 14 ans ou plus et un adulte puis passez à la ligne suivante (notez qu’il est possible de dépasser un tempo de 208 à la noire).

Bon visionnage…

Lecture de notes 1

Lecture de notes 2

Lecture de notes 3

Premier Pas Au Piano

Le blog des pianistes débutants et autodidactes par Jean-Luc